AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Walter ◊ Look at you kids with your vintage music;

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Titulaire
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivée à NY : 20/02/2017
Courriers : 8
Célébrité : Tom Hiddleston
Crédits : RedDragon

J'ai : Le temps qui passe, les marques sur le visage, vestiges d'une jeunesse dépassée. Quarante ans révolus, la quarante-et-unième qui se déchaine.
Je suis : Marié(e).
Orientation : Hétérosexuelle.
J'habite à : Manhattan.
Je suis : Le cerveau, vaste et complexe prophétie, que tu maitrises assez pour diriger un service de neurochirurgie.

MessageSujet: Walter ◊ Look at you kids with your vintage music;    Lun 20 Fév - 21:20

 
Walter (Elvis) Lewis
Sûr, à la guerre contre le Roi, nous marchons toi et moi.
Nom — Le classique, le patronyme qui se répand comme la peste. C'est pourtant la gageur d'un interlocuteur d'une rare qualité. L'Angleterre dans le sang et dans le nom. Le raffinement d'une innocente nomination. Lewis est l'héritage, il se transmet dans la famille comme les attributs, comme d'autres transmettent les joyaux d'une couronne trop exposée. Lewis mais pas n'importe lequel, Lewis d'une lignée de médecins et d'avocats, Lewis qui jamais ne mélangea son sang avec d'idiotes personnes. Le Lewis contre lequel tu as juré combattre. Le Lewis qui de ta rebelle attitude te rappelle toujours la constance. Ce nom, c'est une malédiction autant qu'une adoration. Il ouvre des portes mais infecte toute tentative d'émancipation.  Prénom — Le prénom principal est sonnant. L'Allemagne natale de ta pauvre famille maternelle certainement. Le prénom d'un illustre ancêtre qui copina avec Martin Luther et sa divine Réforme. La fierté de l'arbre généalogique du côté de ta mère. Walter que les américains prononcent si mal, en faisant swinger le "v" qui donnerait logiquement "Valter". Mais ce n'est point grave parce que c'est laid, si laid que l'oubli précoce de sa prononciation sonne plutôt comme un cadeau des cieux, un présent si important qui remplace illico toute mauvaise humeur. Tes compatriotes ne savent pas le dire, se contentant du "Woualter" si conventionnel. Et c'est plutôt une très bonne chose. Foutue phonétique.    Âge — Le temps qui passe est effrayant. Le temps s'envole et viole les serments d'antan. La jeunesse éternelle est une quête de tous les instants. Ce n'est point la bonne voie pour atteindre l'éternité que de consommer la vie comme tu le fais. Quarante et une année au compteur mais on pourrait jurer plus lorsque de tes rides on fait le comptage. De cette voix si rauque aussi, on peut se faire l'écho. Elle sonne comme maltraitée. Et pour cause, le tabac et les quelques feuilles de Marie-Juana qui se consument entre tes lèvres sont si meurtrières pour les cordes vocales. Date et Lieu de Naissance — Tu as vu le jour dans la New Amsterdam. Du moins, c'est son nom d'autrefois, quand les conquistadors, du haut des chevaux armés d'acier couraient encore cette terre. New-York. Ton monde, ton giron depuis ce fameux mois de janvier où ton nez a pointé entre les cuisses sanguinolentes de ta mère apeurée et fatiguée de vingt-deux heures de travail bien senties.  Nationalité(s) et Origine(s) — L'Amérique du bout des doigts, l'Angleterre dans les ongles. Et l'Allemagne quelque part dans le corps humain, comme une pincée de sel dans le plat bouillant. Tu es un américain, né dans ce pays si délicieux aux yeux des touristes et si imparfait aux tiens. Tu es né dans la décadence d'une ville qui de son sommeil ne garde que des souvenirs. De suicidaires pilotes s'écrasant dans de hautes tours, tu n'as pas seulement l'imaginaire. Tu as la vue et le souvenir aussi. L'odeur même de ces fumées se dégageant dans le ciel. L'horreur de l'obscurité tombée sur New-York en ce septembre si froid. Américain et fier, c'est un fait.  Statut Amoureux — Le mariage n'est guère qu'une longue vague qui jamais ne s'achève. On y roule, on s'y enroule. Mais le mariage est surtout l'apanage des crétins. De la fidélité qu'on se jure à l'église, entre quelques personnalités aux chapeaux déformants et face à une assemblée avide de promesses creuses, il ne reste souvent plus rien. Le mariage est une fausseté, une transformation de la torture.  Métier ou Etudes — Après de longues études de médecine, ton but a été atteint : celui d'être médecin. Et pas n'importe lequel. Tu es sans doute l'un des meilleurs neurochirurgiens du monde, ce qui a valu à ses mains si précieuses d'être nominées (en même temps que le reste de ta personne) à la direction de l'un des services de chirurgie neurologique dés plus importants. C'est un poste intéressant, certes, mais qui ne brille pas assez. Ton désir le plus ultime, celui qui grossit au fond de toi, c'est d'esquiver les coups assez longtemps pour devenir chef de la chirurgie. Et pourquoi pas rapidement, si cela n'est pas trop demandé. Statut Financier — Des caves aux immenses richesses, des pièces d'or et un dragon. A peu de choses, ton histoire pourrait être celle de ce Roi nain fou qui perdit sa montagne et fit massacrer son peuple à cause de quelques pièces d'or trop longtemps accumulées. Tu aimes l'argent et tu en as. Mais même si tu es riche, trop riche pour pouvoir tout dépenser, même si son train de vie est onéreux, tu en veux toujours plus. Pour cela, peut-être, que le cadre de la loi est souvent brisé par tes manœuvres rocambolesques, dignes des plus grands escrocs de cette planète.  Traits de Caractère — Un concentré de contradictions. C'est ce qui est à l'œuvre dans cette immense soupe. D'autant diraient que tu es un génie, et ça ne serait pas véritablement abuser de dire qu'ils ont raison. Dans ton domaine de compétences, tu es tel l'orfèvre taillant le joyau. Tu es le dieu Râ offrant le soleil aux mortels. Tu es le phare qui guide les navires dans le creux d'une tempête. Mais ce génie s'accompagne d'une facette plus redoutable encore que le loup lâché dans la bergerie, pire encore que le criminel de guerre face aux civils. Tu es un démon qui peine à se contrôler. Vie privée chaotique. Mariage difficile où les coups (des deux côtés) pleuvent plus aisément que les caresses; les embrassades aussi ne sont plus qu'une lointaine rumeur d'autrefois. Mariage infernal où le désir si profond d'enfants s'est mué en désir profond de s'encastrer contre les murs. Seul le sexe reste une partie de plaisir. Véritable enfant de Dionysos, tu jouis de la vie comme s'il s'agissait là d'une partie de jeu-vidéo où la réapparition serait infinie. Tu aimes l'alcool, trop. Lorsque tes gardes sont terminées et que tu replonges dans l'enfer quotidien d'un mariage moribond, rien n'est mieux qu'essuyer les colères aux rinçades de whisky. T'es un salaud fuyant les responsabilités à coup d'éthanol. T'es manipulateur et menteur, t'aimes personne, t'as l'ego d'un président. Tu es le roi du monde, t'en es persuadé. T'hésites pas à prendre des libertés en tant que tel, tu voles parfois des médicaments pour abreuver le marché parallèle dans le but d'amasser de l'argent. Y'a que ça qui arrive encore à te donner la gaule, le fric. T'as des maîtresses bien sûr, histoire de dire, mais rien n'est plus bandant qu'une liasse épaisse de Benjamin Franklin en papier vert.  Groupe — Medical Staff Avatar Choisi — Tom Hiddleston.

✄ The whirlwind of my life.


❖ ❖ ❖

Chapitre I : Born To Be Wild
Froideur incongrue. Fraicheur dévoilée. L'arme est là, présente. Trop. L'arme est la vie, l'arme est la mort. L'ange est là, dans le fond de l'âme, il descend comme descend la désolation. Il apporte la vie, la mort, la joie et l'horreur. Le destin en est jeté. Dés de folie, lancés dans l'ahurissante folie des hommes. Il n'est point né pourtant, celui qui dans sa tour d'ivoire, lancera la folie.
Les canons rugissent presque du son de l'amour et du déshonneur.
Les canons crient encore, petites lampées d'air à la vicieuse surface. Mais non, il fait presque machine arrière. Combattant redoutable. Le seigneur n'est point volontaire pour s'extraire de la divine comédie.

Les choses sont trop peu adorables ici, engoncé dans son royal domaine, il n'y a point d'urgence pour lui à voir d'autres contrées où l'herbe serait moins verte. Le serait-elle ? Il n'en sait rien. L'ange est une formidable créature mais si peureuse. Pourtant la vie est ainsi. Pour les anges comme pour les démons. L'éternel commencement. Le commencement fabuleux ou malheureux, rien ne le destine jamais. Les dés, s'ils sont pipés, n'avertissent personne. Le hasard, le plus grand des hasards. Beauté farouche comme violente horreur. Rien ne prévient, pas même des symptômes avant coureurs.

Rien ne presse. Rien ne justifie que de ses petites troupes, il décide du sort. Il est le seigneur des lieux, le maître du temps. Il suspend l'instant comme d'autres suspendraient le criminel. Il est le justicier et le malfaiteur. Le causeur de problèmes et son divin prophète venu les annuler. Il est dieu. Il est le fils de dieu et tout à la fois.
Le créateur d'un monde et le destructeur de nuits. Et il devrait se plier aux règles de la biologie ?

Quoi encore. Bien sûr, de tout cela, il n'est conscient de rien. A t-il réellement une conscience même ? La nature. Voilà sa reine, voilà où va son obédience bien mal sentie.
Tempête de vent, ça pousse et ça mugit. Le soleil est presque en vue. Non. La lumière se jette à tes yeux comme se jette le chien affamé sur un morceau de viande. Tempête. Tout s'emballe. Cadence folle. Pas question. Voilà venir de monstrueux objets. Ca ressemble à rien. De longues pinces. Des pinces affreuses d'un beige malheureux.

Il fait bien trop chaud, l'air est agréable. Mais les pinces semblent là pour saisir l'ange. Curieuse méthode. L'enfer est aussi là, partout. Le démon, le vilain, le malin. Les immondices se referment, curieuses créatures. Elles gobent de l'air ou en brassent. Mais elles sont encore loin. Juste un peu. Une nouvelle tempête d'air, tout bouge, les positions se resserrent. L'ennemi gagne plus de terrain encore. La bataille n'est pas terminée, il reste un mince espoir. Après tout, point n'est morte une campagne. Jusqu'à ce qu'elle se termine, du moins.
Chevaucher, s'enfuir, courir, souffrir. Rien de tout cela n'est plus possible quand vient la dernière charge. Elle est puissante, plus que les autres encore. Les frontières s'effondrent, les vicieuses créatures d'autrefois, déjà oubliées, ont le but trop proche.
Il n'est point d'évidence autre que celle qui s'avance : la bataille est perdue. La guerre s'achève aussi, triste. Presque une année à lutter contre les tourments, contre les envahisseurs pour finir ainsi.
Cuisante défaite, puissante humiliation.

Les tambours ont fait taire les bruits, les instruments ont été abandonnés. Règne déconfié sur un royaume détruit. Il ne reste plus rien, ni le lac d'antan ni les remparts protecteurs. Rien. Plus même toi. Toi, toi, toi. Qui vient de mettre pied dans la pire des choses ; le monde.


❖ ❖ ❖

Chapitre II :Time to pretend  

La chaleur écrase et la chaleur reprend. C'est le crédo, c'est le signal. C'est l'envie et la vérité. La dualité, toujours. La chaleur écrase et la chaleur reprend. Mais elle épuise surtout. Elle fatigue tellement qu'elle est plus incubatrice de siestes encore qu'un épisode de l'inspecteur Derrick, vieux nazillon à la retraite qui passe son temps à enquêter sur des meurtres indignes des américains.

Les américains sont révolutionnaires, ils ont des manières pour tout. Même pour donner la mort. Ils sont experts, raffinés. Ils ont des pontes dans le domaine. Et cette chaleur, justement, est une tueuse en série particulièrement redoutable. Médecins, tes parents ne sont jamais là. Tu es seul dans l'océan qu'est le pavillon coûteux que vous possédez à l'extérieur de la ville. Ils sont là bas, à faire les braves, à sauver des vies comme Jésus multiplia les pains. Affrontant la canicule comme des cavaliers affrontent le dragon, ils se battent toutes les armes dehors pour détruire la mort et la désolation. Ton paternel, dans son habituel laïus, répète à qui veut l'entendre que le médecin est le héros moderne. C'est la seule chose, certainement, sur laquelle vous êtes d'accord.

T'enrages. T'as un pétard dans la main gauche. Parce qu'en plus de tout, t'es même pas foutu d'avoir les mêmes habitudes que tout le monde. Les droitiers, très peu pourtant. Dans cette famille aussi religieuse qu'abrutie, les gauchers, ça sent mauvais, ça sent pas très républicain. Ca sent le démocrate sataniste à plein nez. Ca pue le nazi gauchiste, le rebelle du dimanche. Le soleil est là, dardant ses rayons avec tant d'insistance que la chaleur n'est pas véritablement supportable. Quinze ans déjà que t'es là.
Les effluves d'une mauvaise Marie-Juana, achetée à un dealer aussi jeune et boutonneux que toi, finissent d'achever le climat ambiant. La chaleur est infecte, ta bouche est sèche, pâteuse. T'as envie de rien, sauf, peut-être d'un double cheeseburger. L'effet du joint.

T'es un rebelle, parce que t'as un pétard. C'est comme ça que tu vois les choses. T'es un vrai dur, un de ceux qu'il ne faudrait jamais déranger sous peine de se voir priver d'une chose capitale que certains qualifieraient de vie. C'est du moins l'effet que tu veux donner. A vrai dire, t'es un premier de la classe un peu paumé, qui veut jouer à d'autres choses que son rôle véritable.

T'as le cerveau de ceux qui réinventent le monde. C'est ce que disent les appréciations, bulletins scolaires après bulletins scolaires. T'as l'ambition d'un président et l'envie d'un clochard. Le sofa est confortable. Ouais, t'en as un dans ta chambre. La fenêtre ouverte crache le chant des oiseaux et les sirènes hurlantes. Quotidiennes. Elles ponctionnent l'air, elles sont l'ambiance éternelle, elles sont le vent sur les grands pins, la neige en Alaska. Là, toujours. Guide infernal. Elles montrent et démontrent que l'Humanité n'est rien. Rien d'autre qu'une sempiternelle souffrance. Qu'il s'agisse d'un crime ou d'une blessure, policiers, pompiers et ambulanciers voient l'horreur jour après jour.
Souffrances infernales. Pourtant, il est de la souffrance que tu veux ressentir. Toi, qui veut être chirurgien. Comme ton père, comme l'autre là, qui te sers de mère. Les relations sont compliquées depuis qu'une cigarette, vicieuse saloperie, s'est glissée dans la poche de ton manteau hors de prix. Glissant, le tube de mort à révélé aux parents le secret si bien camouflé : fils fumeur. Presque pire que si tu avais commis un crime contre l'Humanité. Presque pire que le pêché de mort. La cigarette, ici, n'était pas en odeur de sainteté. Pire, son titre de séjour était révolu depuis vingt longues années, quand ton père, prit d'une intraitable quinte de toux s'était décidé à jeter les derniers tubes à cancer au fond d'un toilette immaculé, astiqué à longueur de temps par Maria qu'on appelait "la bonne" derrière son dos. Quinze ans. L'âge de la rébellion. Sauf, qu'à contrario de beaucoup d'adolescents, cette fronde contre les autres et contre l'âme elle même décida qu'il ne fallait jamais se consumer. Rester là, quelque part, ancrée, prête à rugir, à bondir.


❖ ❖ ❖

Chapitre III : En travers les néons  

L'âge de raison. Quarante et une années. L'âge de raison. Véritablement ? Pour les autres, il en était certainement ainsi.
Assis dans la voiture, l'habitacle chauffé par une soufflerie fatiguée, t'as le regard dans le vide, le sourire dans le vague.
Les pensées se tournent et se retournent, elles viennent et s'en vont, comme la mer se retire et revient. Comme l'ours hiberne puis ressort pour chasser.

La présence, la non-présence, puis le cycle qui recommence encore. Et encore. Violentes. Quarante ans. Et quoi d'accompli ? Le temps est à la retrospective. Les soirs d'anniversaires sont un peu comme ça quand l'amour n'est plus qu'un souvenir lointain et qui ne reste rien, rien pour accomplir une trace si mince d'un bonheur oublié. T'as un hamburger si gras qu'il dégouline sur l'emballage dans une main et une clope dans l'autre. Tes pieds sont calés, et ta silhouette est presque allongée. Ce parking est miteux, il s'y déroule des deals. Parfois des meurtres. T'as jamais été témoin de ça mais tu sais que ça existe, ça fait parfois les gros titres des journaux. Pas de la télé. Parce que des meurtres à New-York, c'est comme l'eau qui mouille ou le feu qui crame, c'est connu. Trop connu et trop régulier. Présent de vérité générale comme ils disent.
T'es là. T'attends. Quoi exactement ? Tyron. Tu ne sais même pas si c'est son vrai nom, mais tu connais sa trogne. C'est un grand noir d'un bon mètre quatre-vingt dix à faire pâlir un mort. C'est le genre de types à qui t'évites de chercher des emmerdes si t'as plus de dix de quotient intellectuel.
Il fait froid sur New-York ce soir.

T'es presque mieux sur ce parking que chez toi. Quinze ans que t'es marié. Dix que ça va mal. T'as toujours été un type avec peu de principes mais Ivy, elle avait réussie à te faire changer. T'étais rangé comme on dit. T'avais plus la bite baladeuse ni même l'envie d'aller voir ailleurs. T'étais docteur Lewis et puis c'est tout. Rien d'autre. Des passions comme le golf et les vieux films. Cinq ans à filer le parfait amour. Cinq ans à apprendre. T'étais devenu sacrément bon médecin. On te prédestinait déjà un avenir important. Pourtant tu venais à peine d'entamer ton internat. T'étais sur l'autoroute. La vocation enfin accomplie et l'amour, chose si précieuse. Mais six ans après le début de l'idylle, ça s'était sérieusement gâté. Les choses étaient devenues aussi graves que dans un épisode de show comme les américains savent le faire, avec des feux d'artifices de malheurs et de la dépression en barre.
La faute, certainement, à cette impossibilité pour elle d'avoir des enfants. Vivre ça, c'était vivre la fin du monde, la fin des mondes. L'avenir, gris, sombre. L'avenir était devenu une masse incertaine, une tempête dévorante, grisâtre et dégueulasse.
Elle avait sombré dans la dépression la plus certaine, refusant parfois de quitter le lit conjugal pourtant pas si confortable. Elle refusait de s'alimenter correctement, enchainant les périodes de jeun et de malbouffe. Elle ressemblait plus à rien d'autre qu'un squelette sur pattes.
Et toi, au lieu de réagir comme un chevalier servant, pliant le genou. T'as rompu le serment, t'as rompu les liens catholiques du mariage. Pas une fois ou deux mais aussi souvent qu'une paire de jambes s'ouvrait pour que tu t'y glisses. Peut-être parce que l'herbe était plus chaude, peut-être parce que tu t'y sentais bien, là-bas, à consommer le fruit défendu.

Comment c'était venu à arriver, aujourd'hui encore, t'en sais rien. Tu ne sais même plus qui c'était. Elles s'étaient enchainées, déchainées, ivres et excitées. Des puits où tu gorgeais la force de continuer, la force d'oublier aussi. Ca avait été la façon de faire le vide, ta façon d'oublier et de te concentrer. T'étais devenu médecin grâce à ça, t'en étais persuadé. Pas en priant ou en te livrant à des messes si noires qu'elles auraient été interdites dans le pays de la liberté, mais en baisant des connues et des inconnues. En vidant la pression.
L'herbe était revenue, toujours hors des périodes d'études. Puis l'alcool, à petite dose puis à plus grosse. Jamais à l'alcoolisme, toujours de façon récréative. T'avais volé des médicaments à l'hôpital pour les revendre. C'était d'ailleurs pour ça que t'attendais Tyron. Pour le deal habituel.

Des années comme ça. Et aujourd'hui encore, ça continuait. Cycle vicieux. T'étais devenu un sacré bon chirurgien. Ca t'aidait pas. On t'appelait parfois comme un dieu. Et ce n'était pas mentir. Après tout, tu tenais la vie d'autres entre tes mains expertes. Comme un dieu avec son peuple. En parlant des dieux, tu avais perdu la foi en même temps que la possibilité de devenir père. T'en aurais rêvé, t'aurais pu crever si ça avait changé quelque chose.
Sur ce parking miteux, en ce soir là, t'en étais encore plus conscient. Le service de neurochirurgie de l'hôpital s'était vu priver d'un chef lorsque ce dernier, trop ambitieux, certainement avait fraudé le fisc et s'était retrouvé en prison pour les cinquante ans à venir.
C'était il y a deux années. Et depuis ce temps, c'était toi, toi l'escroc, toi le voleur qu'on avait décidé de nommer à sa tête. Bien entendu parce qu'on ignorait tout de ta vénale habitude.





— Depuis combien de temps vivez-vous à New York ?Depuis la naissance. New-York, c'était ton horreur et ton amour. Tu détestes cette ville, elle est malade. Elle ne dort jamais parce qu'elle est sous acide en permanence. Mais tu ne pourrais pas vivre ailleurs. T'as vécu trop de choses ici, des drames comme des joies. Des peines et des amours. New-York, c'est ton identité, c'est ta vie.

— Comment imaginez-vous votre futur ? L'avenir sera fructueux. L'avenir n'est pas offert à ceux qui font les choses de façon traditionnelle. L'avenir est un cadeau pour les chiens, pour les requins et c'est tout à fait ce que t'es. Tu ne sais pas vraiment où tu seras ni même ce que tu feras mais t'espères une chose : diriger le service de chirurgie. T'es taillé pour ça.

Behind the Screen.

Pseudo/Prénom —Yoann mais on m'appelle surtout RedDragon sur la toile. Âge — 22 ans. Pays — France o/. Comment avez-vous connu le forum ? — Bazzart Type de personnage — Inventé. Dernier mot — J'aime les patates !

Code:
<nn>Tom Hiddleston —</nn> Walter Lewis


Dernière édition par Walter Lewis le Mer 22 Fév - 20:56, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Patient
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivée à NY : 13/02/2017
Courriers : 111
Célébrité : nicolas simoes.
Pseudo : spf.
Crédits : PRETTY YOUNG THING.



J'ai : vingt-six ans.
Je suis : En Couple.
Orientation : Homosexuelle.
J'habite à : Manhattan.
Je suis : pompier.

✄ - - - - BREATH AGAIN
Dispo RP : Disponible
DCs : eytan le psy.
Liens :

MessageSujet: Re: Walter ◊ Look at you kids with your vintage music;    Lun 20 Fév - 22:01


voilà. c'est tout.
hiddleston + le pseudo + le début de fiche + le personnage qui s'annonce tellement parfait.
damn.
bienvenue et bon courage pour ta fiche

_________________
i'm his
his mine
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Titulaire
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivée à NY : 12/02/2017
Courriers : 418
Célébrité : emilia clarke
Pseudo : queen b.
Crédits : lux (avatar) anaëlle (signature) gif du profil (cole)



J'ai : trente-cinq ans
Je suis : C'est Compliqué.
Orientation : Hétérosexuelle.
J'habite à : Manhattan.
Je suis : reine de la traumato

✄ - - - - BREATH AGAIN
Dispo RP : Non Disponible
DCs :
Liens :

MessageSujet: Re: Walter ◊ Look at you kids with your vintage music;    Mar 21 Fév - 0:11

Bienvenue ici, bon courage pour ta fiche

_________________

I CAN'T LIVE WITHOUT YOU

Une personne peut avoir l'air d'aller bien en surface, mais à l'intérieur c'est une toute autre histoire ©  anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Titulaire
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivée à NY : 14/02/2017
Courriers : 93
Célébrité : James Franco
Pseudo : Blue Velvet
Crédits : SCHIZOPHRENIC



J'ai : La trentaine.. depuis bientôt six ans.
Je suis : Célibataire.
Orientation : Hétérosexuelle.
J'habite à : Manhattan.
Je suis : Neurochirurgien.

✄ - - - - BREATH AGAIN
Dispo RP :
DCs :
Liens :

MessageSujet: Re: Walter ◊ Look at you kids with your vintage music;    Mar 21 Fév - 0:50

Le boss est là !
Bienvenue parmi nous avec ce choix de la mort qui tue. Bon courage pour ta fiche !

_________________
The fantastic four.
DECLARE THE PAST, DIAGNOSE THE PRESENT,
FORETELL THE FUTURE.

©EXORDIUM
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Personnel Médical
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivée à NY : 18/02/2017
Courriers : 333
Célébrité : Chris Wood
Pseudo : Volodymyr
Crédits : Cristalline



J'ai : Vingt-six ans
Je suis : Séparé(e).
Orientation : Hétérosexuelle.
J'habite à : Brooklyn.
Je suis : Ambulancier

✄ - - - - BREATH AGAIN
Dispo RP : Disponible
DCs : Mark Riley
Liens :

MessageSujet: Re: Walter ◊ Look at you kids with your vintage music;    Mar 21 Fév - 1:05

Bienvenue à toi et bonne chance pour la suite de ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Citoyens
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivée à NY : 15/02/2017
Courriers : 38
Célébrité : charlie matthews.
Pseudo : GleekOut!
Crédits : (c) get back -avatar-



J'ai : vingt-six ans.
Je suis : Célibataire.
Orientation : Homosexuelle.
Je suis : coach sportif et bassiste dans le groupe "origins".

✄ - - - - BREATH AGAIN
Dispo RP : Disponible
DCs :
Liens :

MessageSujet: Re: Walter ◊ Look at you kids with your vintage music;    Mar 21 Fév - 12:59

Bienvenue par ici, courage pour ta fiche.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Citoyens
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivée à NY : 12/02/2017
Courriers : 121
Célébrité : chace crawford.
Pseudo : no doubt.
Crédits : cc daily tumblr + RIDDERMARK.



J'ai : trente ans.
Je suis : Séparé(e).
Orientation : Hétérosexuelle.
J'habite à : Brooklyn.
Je suis : ancien soldat reconverti ambulancier.

✄ - - - - BREATH AGAIN
Dispo RP : Disponible
DCs :
Liens :

MessageSujet: Re: Walter ◊ Look at you kids with your vintage music;    Mar 21 Fév - 14:12

Bienvenue, bon courage pour ta fiche. I love you

_________________
❝ mes cauchemars anciens reviennent. Cette nuit, j'ai senti quelqu'un accroupi sur moi, et qui, sa bouche sur la mienne, buvait ma vie entre mes lèvres. ❞ guy de maupassant.
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Interne
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivée à NY : 11/02/2017
Courriers : 311
Célébrité : Phoebe Tonkin.
Pseudo : Cosmic Sheep.
Crédits : Faith.



J'ai : Vingt-six ans.
Je suis : Célibataire.
Orientation : Hétérosexuelle.
J'habite à : Brooklyn.
Je suis : Interne en Chirurgie.

✄ - - - - BREATH AGAIN
Dispo RP : Disponible
DCs : Aucun.
Liens :

MessageSujet: Re: Walter ◊ Look at you kids with your vintage music;    Mar 21 Fév - 20:38

Bienvenue à toi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Titulaire
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivée à NY : 12/02/2017
Courriers : 170
Célébrité : isaac.
Pseudo : naya/babysteps.
Crédits : hepburns, tumblr.



J'ai : quarante ans, quarante-et-un l'été prochain.
Je suis : Séparé(e).
Orientation : Bisexuelle.
J'habite à : Queens.
Je suis : chirurgien plastique.

✄ - - - - BREATH AGAIN
Dispo RP : Disponible
DCs : Jace.
Liens :

MessageSujet: Re: Walter ◊ Look at you kids with your vintage music;    Mar 21 Fév - 21:32

j'aime tellement ton titre, et puis hiddleston est pas mal aussi (mais est-il nécessaire de le préciser). bienvenue parmi nous, hâte de lire la suite I love you

_________________
we're lying in bed. she's lying.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Titulaire
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivée à NY : 11/02/2017
Courriers : 162
Célébrité : sarah drew.
Pseudo : charney/rose.
Crédits : @charney (ava).



J'ai : trente-deux ans.
Je suis : Séparé(e).
Orientation : Hétérosexuelle.
J'habite à : Brooklyn.
Je suis : chirurgie cardiothoracique.

✄ - - - - BREATH AGAIN
Dispo RP : Disponible
DCs : Aucun.
Liens :

MessageSujet: Re: Walter ◊ Look at you kids with your vintage music;    Mar 21 Fév - 23:43

bienvenue sur ba. bonne chance pour la suiiite !

_________________
It's the wrong kind of place to be thinking of you. It's the wrong time for somebody new.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Titulaire
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivée à NY : 20/02/2017
Courriers : 8
Célébrité : Tom Hiddleston
Crédits : RedDragon

J'ai : Le temps qui passe, les marques sur le visage, vestiges d'une jeunesse dépassée. Quarante ans révolus, la quarante-et-unième qui se déchaine.
Je suis : Marié(e).
Orientation : Hétérosexuelle.
J'habite à : Manhattan.
Je suis : Le cerveau, vaste et complexe prophétie, que tu maitrises assez pour diriger un service de neurochirurgie.

MessageSujet: Re: Walter ◊ Look at you kids with your vintage music;    Mer 22 Fév - 10:52

Merciiii beaucoup à vous tous.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Titulaire
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivée à NY : 12/02/2017
Courriers : 418
Célébrité : emilia clarke
Pseudo : queen b.
Crédits : lux (avatar) anaëlle (signature) gif du profil (cole)



J'ai : trente-cinq ans
Je suis : C'est Compliqué.
Orientation : Hétérosexuelle.
J'habite à : Manhattan.
Je suis : reine de la traumato

✄ - - - - BREATH AGAIN
Dispo RP : Non Disponible
DCs :
Liens :

MessageSujet: Re: Walter ◊ Look at you kids with your vintage music;    Mer 22 Fév - 23:53

toute mes excuses pour cette attente. Je te valide avec plaisir, bon jeu

_________________

I CAN'T LIVE WITHOUT YOU

Une personne peut avoir l'air d'aller bien en surface, mais à l'intérieur c'est une toute autre histoire ©  anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Walter ◊ Look at you kids with your vintage music;    

Revenir en haut Aller en bas
 
Walter ◊ Look at you kids with your vintage music;
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Like two kids in love ... [pv Shanae *-*]
» Spy Kids 4: All the Time in the World
» > Moco
» The Secret Life of Walter Mitty
» Forum Kids-Talents

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
✄ - - - - BREATH AGAIN  :: Personnage
écrire son histoire
 :: Se Présenter :: Validées
-
Sauter vers: