AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Don't you know that it's all I feel ? ◆ MARK

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Titulaire
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivée à NY : 22/02/2017
Courriers : 19
Célébrité : Natalie Dormer
Crédits : Lux Aeterna

J'ai : 35 ans.
Je suis : Séparé(e).
Orientation : Hétérosexuelle.
J'habite à : Brooklyn.
Je suis : Titulaire en traumatologie.

MessageSujet: Don't you know that it's all I feel ? ◆ MARK   Jeu 2 Mar - 23:42


BONNIE & MARK

Don't you know that it's all I feel ?

Ses pas résonnent dans l'immense couloir. Elle aime ce son. Bref et sec, il en devient rassurant. Elle a l'impression de connaître ce bâtiment par cœur, pourtant quelques semaines auparavant, elle était complètement perdue entre ces murs. Son index presse fermement le bouton de l'ascenseur. Elle n'a que deux étages à descendre, mais ses pieds sont trop endoloris pour qu'elle prenne les escaliers. Ses yeux fixent les portes métalliques, pensifs. Soudain, sa poche droite se met à vibrer. Deux fois. Un message. Elle n'a pas l'habitude de recevoir des sms, la majorité des personnes qu'elle connaît travaille ici et les autres n'ont pas pour habitude de la déranger pendant un service. Elle attrape son téléphone, presque anxieuse. Elle le déverrouille alors que les portes s'ouvrent enfin. “Bonjour !” Elle sourit brièvement aux quelques personnes déjà présentes dans l'ascenseur. Elle ne veut pas engager la conversation, aussi, elle plante son regard vers l'écran sans même accorder son attention aux autres. Le prénom s'affiche. Damien. Ses pupilles s'écarquillent et une boule grandit dans son ventre. Cela fait bien trop longtemps, elle a presque l'impression qu'il s'agit d'une autre époque. Voir ce prénom ravive bien trop de souvenirs douloureux. Elle clique rapidement, sans vraiment vouloir lire le message. Il s'affiche et les larmes lui montent aux yeux. “Il faut vider l'appartement, il est vendu.” Rien de plus. Mais c'est déjà tellement. Il ne lui a pas adressé la parole depuis la mort de Peter. Ni pendant son séjour à l'hôpital, ni pendant l'enterrement, ni quand elle l'avait prévenu de son départ pour New York. Derrière ces mots, elle peut sentir la haine, le mépris. La culpabilité l'envahit. Elle n'est jamais totalement partie, mais depuis son arrivée ici, elle a diminué.

Elle se fait bousculée et lève les yeux. Elle est arrivée à destination. Encore sous le choc, elle arrive à peine à sortir de l'ascenseur. Ses pas ont ralenti. Ses mains tremblent. Elle arrive à la cafétéria, se sert rapidement, même si elle n'est plus certaine d'avoir faim. Elle choisit une table vide et range son téléphone. Elle a pris une salade. Colorée, elle lui aurait fait terriblement envie d'ordinaire. Son ventre gargouillait encore quelques minutes avant, mais maintenant, elle ne ressent que la douleur.

Sa main tient faiblement sa fourchette qui décrit des cercles entre les feuilles vertes. Elle soupire, le moins fort possible. Son regard croise celui de Mark. Elle a envie de disparaître, il la connaît assez pour savoir qu'elle n'est pas dans son assiette. Ils ont pour l'habitude de déjeuner ensemble lorsque leurs horaires coïncident. Il est le premier visage sympathique qu'elle a rencontré en arrivant au NY Hospital. Elle était complètement perdue, arpentant les couloirs, le visage inquiet et Mark l'avait aidé. Dès lors, il l'avait prise sous son aile. Lui faisant visiter les moindres recoins de l'hôpital et l'intégrant à sa table pour qu'elle fasse connaissance avec d'autres titulaires.

Elle se force à sourire en lui adressant un signe de la main.

code par EXORDIUM. - gifs par Tumblr - code par EXORDIUM. - gifs par Tumblr - code par EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Titulaire
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivée à NY : 23/02/2017
Courriers : 20
Célébrité : Charlie Hunnam
Pseudo : Volodymyr
Crédits : hedgekey



J'ai : Trente-neuf ans
Je suis : Séparé(e).
Orientation : Hétérosexuelle.
J'habite à : Manhattan.
Je suis : Chirurgien orthopédiste

✄ - - - - BREATH AGAIN
Dispo RP : Disponible
DCs : Gabriel Campbell
Liens :

MessageSujet: Re: Don't you know that it's all I feel ? ◆ MARK   Ven 3 Mar - 4:06

Don't you know that it's all I feel ?
“Bonnie Wilkes & Mark Riley”
Une journée comme tant d’autres avant elle. On pourrait croire que le travaille d’un chirurgien n’est pas routinier, mais au contraire, il n’est pas différent des autres à ce niveau. Nous avons tous nos habitudes, nos heures de prédilections pour compléter nos dossiers ou pour faire nos tournées. Il est vrai que notre quotidien est ponctué d’opérations parfois imprévues et urgentes, mais l’acte chirurgical reste le même après des années de pratique et de maîtrise. Ce travail devient banal, mais c’est une banalité que j’aime bien. Je me suis toujours sentie comme un poisson dans l’eau dans un hôpital. L’orthopédie est une branche de la médecine particulière, qui offre beaucoup de défi de créativité. Un peu comme un chirurgien plastique reconstruirait un organe, nous reconstruisons la charpente d’un corps humain. Des vis, des clous, des bloches, des plaques de métal, des scies, des limes, des prothèses de remplacements, ça peut sembler barbares. Mais pour moi c’est un art. Calculer les angles de flexion, dessiner et mouler les différents compartiments de remplacements d’un os, recoudre les muscles déchirés, ce sont des hobbies pour moi. Aujourd’hui, c’est un peu plus tranquille. Aucune opération. Ma matinée n’a pas été agitée. Je me suis donc occupé de mes postopératoires, afin de terminer mon suivi sur chacun de leur cas. Cet après-midi, je suis affecté à la clinique externe d’orthopédie. Cela signifie encore plus de suivi de patients. Évaluer la consolidation des os et muscles, changer les plâtres, peut-être quelques chirurgies mineures comme des décompressions du tunnel carpien ou des infiltrations articulaires quelconques. Rien de très excitant pour un chirurgien titulaire. Les résidents peuvent se charger de ce que j’ai à faire cet après-midi, mais je tiens en général à le faire moi-même pour revoir mes patients. C’est par simple principe. Lorsque midi approche, je me dirige comme à mon habitude vers la cafétéria. Il est plus pratique de manger directement à l’hôpital et de commander ce qui est cuisiné ici que de se préparer soi-même son repas la veille. C’est donc ce que j’ai pris l’habitude de faire, comme bon nombre de mes collègues.

J’arrive à la cafétéria en même temps que de nombreuses personnes. Je me prends un plateau et je vais faire la file, observant ce qu’il y a au menu ce midi. J’opte finalement pour le choix absolument pas santé mais tellement réconfortant : une pointe de pizza. Je paye mon assiette tout en souriant face à la graisse qui est visible sur le fromage. On ne vit qu’une fois après tout. Je vais me chercher ustensiles et verre d’eau glacé au distributeur de la cafétéria et je m’arrête pour observer les gens présents aux tables. Je repère Bonnie un peu à l’écart, seule à sa table. Elle ne me voit pas car elle a la tête penchée sur son assiette. Je m’approche d’elle et je prends place en face de la traumatologue. Elle lève enfin vers moi un regard et je remarque aussitôt qu’elle n’est pas comme d’habitude. Je fronce les sourcils, à la fois inquiet et intrigué par son attitude. Je me demande ce qui la tracasse à ce point.

« Si j’avais commandé la salade, moi aussi je serais dans cet état. » Je plaisante tout en me saisissant de mes ustensiles pour commencer à couper ma pizza en morceaux. « Plus sérieusement, qu’est-ce qui se passe ? Je ne suis pas du genre à ne pas me mêler de mes affaires, mais tu n’as vraiment pas l’air d’aller. » Je continue en m’arrêter dans mes mouvements pour la regarder dans les yeux.

Elle sait qu’elle peut avoir confiance en moi et se confier en cas de besoin. Je lui ai déjà dit d’ailleurs. Je pense qu’elle n’a pas oublié. Sauf qu’en même temps, rien ne l’oblige à me parler de sa situation difficile. Nous sommes des collègues de travail, bien qu’à mes yeux elle est devenue une amie depuis. Cela ne nous engage à rien pour autant et je vais respecter son silence si c’est ce qu’elle choisit.
© Mister Hyde
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Titulaire
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivée à NY : 22/02/2017
Courriers : 19
Célébrité : Natalie Dormer
Crédits : Lux Aeterna

J'ai : 35 ans.
Je suis : Séparé(e).
Orientation : Hétérosexuelle.
J'habite à : Brooklyn.
Je suis : Titulaire en traumatologie.

MessageSujet: Re: Don't you know that it's all I feel ? ◆ MARK   Lun 6 Mar - 22:26


BONNIE & MARK

Don't you know that it's all I feel ?

“Si j’avais commandé la salade, moi aussi je serais dans cet état.” Un sourire en coin naît sur son visage pâle. Mark est amusant, rassurant. Il a le don de la mettre de bonne humeur d'ordinaire. Elle essaye de se remettre d'aplomb. D'effacer les souvenirs atroces qui hantent son pauvre esprit à présent. Un simple message, aussi court soit-il, avait réussi à lui retourner l'estomac. “J'ai voulu me la jouer régime, mais on ne se refait pas, ta pizza me paraît vraiment plus appétissante.” Elle plante quand même sa fourchette dans un morceau de poulet, accrochant au passage une fine tranche de parmesan. Elle espère que la conversation va rapidement dévier. Elle mange, en se montrant de meilleure humeur. Malheureusement, son subterfuge ne tient pas plus de deux secondes. “Plus sérieusement, qu’est-ce qui se passe ? Je ne suis pas du genre à ne pas me mêler de mes affaires, mais tu n’as vraiment pas l’air d’aller.” Elle le fixe, la bouche ouverte. Il la connaît bien, mais elle ne s'attendait pas à ce qu'il ose lui poser la question si franchement.

Elle ne sait pas quoi lui répondre. Lui dire la vérité tout bêtement ? Lui servir un mensonge pour éviter de devoir lui en expliquer de trop ? Ses yeux sont plongés dans les siens. Elle lui fait confiance. Cela fait plusieurs semaines qu'ils se côtoient et qu'ils discutent, de tout et de rien. Jamais elle ne s'est sentie jugée. Pourtant, elle ne lui a jamais réellement parlé de l'accident. Oui, il sait que son fils est mort et que c'est la raison de sa venue à New York. Mais il ne sait pas qu'elle est la cause de cet accident. “On ne peut rien te cacher à toi. ” Elle lui sourit. Puis, elle prend une nouvelle gorgée d'eau, se laissant quelques instants de plus pour réfléchir.

Elle aurait pu lui parler d'un patient récemment décédé. Lui inventer une histoire sortie tout droit de son imagination. Mais il ne méritait pas ça. Il méritait la vérité. Et qui sait, peut-être se sentirait-elle mieux après ? “J'ai... J'ai reçu un sms de mon ex.” Elle le regarde, pressée de connaître sa réaction. Elle se sent stupide, ce n'est pas en lui révélant simplement cela qu'il risque de comprendre son mal-être. “Il ne m'avait pas adressé la parole depuis la mort de Peter. Ça me renvoie tellement de souvenir en pleine figure.” Ses lèvres ont tremblé lorsqu'elle a prononcé le prénom de son fils. Ses yeux s'embrument. Elle le cache en baissant la tête et en continuant à manger sa salade, comme si de rien était. “Tu n'as pas choisi la table de la rigolote de service aujourd'hui on dirait.” Elle rit, faiblement.

code par EXORDIUM. - gifs par Tumblr - code par EXORDIUM. - gifs par Tumblr - code par EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Don't you know that it's all I feel ? ◆ MARK   

Revenir en haut Aller en bas
 
Don't you know that it's all I feel ? ◆ MARK
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
✄ - - - - BREATH AGAIN  :: New York
NY Memorial Hospital
 :: NY Memorial Hospital :: Rez-de-Chaussée :: Cafétaria
-
Sauter vers: